FIFA 18, NBA 2K18 : Les jeux de sport soignent leurs modes scénarisés


Malgré une pluralité de genres qui en font un média habité par la diversité, le jeu vidéo aime s’adonner au jeu de la dualité en opposant régulièrement consoles et PC, joueurs occasionnels ou hardcore, voire encore en classant ses titres entre jeux narratifs ou nouveau disciple de l’école du gameplay. Les jeux de sport ont longtemps été classés dans la seconde catégorie, suivant une forme de logique voulant qu’une simulation sportive doive soigner son gameplay et n’ait pas à s’embarrasser d’un scénario. Depuis quelques années, la donne a changé grâce à deux mastodontes du genre : NBA 2K et FIFA, qui prouvent désormais que les jeux de sport ont eux aussi des histoires à nous raconter.

Nous l’évoquions il y a moins d’un an dans un édito : les jeux de sport (exception faite des jeux de course, qui restent un genre à part) n’ont pas attendu les dernières années pour s’aventurer sur ce terrain, mais les échecs de titres tels que Soccer Life! ou le déjà oublié mode The Life de NBA 06 ont rapidement montré les limites de l’implantation de modes scénarisés dans un tel genre.
Concilier incertitude du sport et narration

Dans un premier temps, les modes carrière se sont donc contentés de reprendre une formule efficace, visuellement froide, vierge de toute cinématique, vous laissant seul aux commandes d’une narration uniquement dictée par les résultats de votre équipe ou vos joueurs. Un choix finalement plus qu’évident, puisque directement lié à l’incertitude du sport : comment créer un scénario ficelé et cohérent dans un mode qui peut potentiellement aboutir à des dizaines, voire centaines d’issues selon chacun de vos résultats de la saison ? En se contentant d’ajouter un menu spécifique pour lier les séquences de jeu, les Top Spin, FIFA ou autres NBA 2K semblaient proposer la solution idoine pour le genre.
Ce n’est finalement que bien plus tard, avec l’émergence du mode Mon Joueur de NBA 2K, que le tournant évoqué plus haut va réellement s’amorcer du côté des géants de la simulation sportive. Au début de cette décennie et jusqu’à aujourd’hui, le leader du basket vidéoludique n’a cessé de tenter de nouvelles expériences pour rendre son mode plus immersif : l’ajout de cut-scenes pré et post-matches fait alors son petit effet, vous permettant même par la suite d’interagir avec certains de vos coéquipiers ou votre coach. À cela, il faut ajouter une liberté d’approche jamais reniée qui permet au mode carrière en question de conserver les qualités du précédent, tout en s’offrant une touche d’authenticité supplémentaire. Seule difficulté alors rencontrée par ce mode, les scènes en question ont une fâcheuse tendance à se répéter, brisant à terme la sensation d’immersion des débuts de votre carrière du fait de leur aspect générique. La question du renouvellement du mode se pose alors, tandis qu’un nouveau concurrent s’apprête à rentrer dans l’arène.
Spike Lee et l’aventure de FIFA : Trop de scénario tue le sport ?
Pendant l’E3 2016, Electronic Arts surprend son monde en annonçant un tout nouveau mode pour la prochaine mouture de son jeu de football phare depuis plus de deux décennies. FIFA 17 accueille ainsi « L’aventure », nouvel outil narratif qui tranche singulièrement avec le mode Mon joueur : pas de création de personnages, pas de choix libre dans l’ensemble des clubs sous licence que vous pouvez rejoindre, vous êtes ici aux commandes d’Alex Hunter, jeune joueur anglais désireux de s’imposer en Premier League dont vous allez suivre les débuts sur le circuit professionnel. L’approche est donc totalement différente de celle des NBA 2K, puisqu’elle choisit en grande partie de mettre en avant la narration au détriment de la fameuse incertitude du sport évoquée plus haut. Un choix qui se matérialise aussi dans l’absence de création de personnages, l’impossibilité de customiser son apparence, la présence d’une seule saison jouable ou dans les nombreux scripts survenant en cours de jeu quels que soient vos résultats.

Si avec du recul, un tel choix paraît plus que discutable, il a toutefois le mérite d’ouvrir le genre à des non-initiés. Dans un sondage réalisé sur notre site, pas moins de 24 % des participants avouaient ainsi être intéressés par la présence de tels modes sans spécialement aimer les jeux de sport à la base. À l’inverse, 16 % des sondés étaient à la fois amateurs de jeux de sport et non intéressés par de tels modes : si ces derniers trouvent dans tous les cas leur bonheur via d’autres modes, les premiers cités prouvent que les éditeurs de ces titres pourraient encore étendre leur empire sportif à un tout nouveau public grâce à des modes scénarisés.
NBA 2K n’a lui pas attendu l’arrivée de FIFA sur ce secteur pour basculer du côté narratif de la force : avec son mode Spike Lee ajouté à l’épisode 2K16 sorti fin 2015, il s’est même pris les pieds dans le tapis en voulant pousser trop loin son modèle. Scénarisé à outrance, pas toujours inspiré dans son écriture, le mode narratif fait ici figure d’introduction au mode Mon Joueur, mais s’avère finalement dispensable, éclipsant au passage le cœur du jeu pour prendre le plus souvent le joueur par la main.

Dans les deux cas, la cohabitation d’un mode carrière et d’une narration maîtrisée ne s’est pas faite sans heurts, signe que le modèle devait être une nouvelle fois repensé. Dès NBA 2K17, 2K s’est d’ailleurs assuré de revenir à un modèle plus proche de celui de ses aventures précédentes, tout en parvenant à conserver une dimension narrative prononcée. Outre le maintien d’éléments visuels dans les menus de la carrière tels que des flux twitter utilisés entre joueurs (une idée reprise par le mode aventure de FIFA, d’ailleurs), les cut-scenes interactives et autres cinématiques se font ainsi plus présentes que jamais, le tout sans écraser vos libertés de choix qui donnent toutes leur saveur au mode scénarisé de NBA 2K.
FIFA 18 et NBA 2k18 : 2 nouvelles approches

Cette année, FIFA 18 et NBA 2K18 n’ont pas choisi de se reposer sur leurs lauriers et proposent tous deux une version revisitée de leurs modes scénarisés respectifs. Dans le cas de FIFA 18, l’arrivée conjointe de l’aventure et du moteur Frostbite a même donné des idées aux développeurs, qui, un an plus tard, vont rajouter dans leur mode carrière classique (ici non scénarisé) des cut-scenes interactives pour les négociations de transferts évoquant fortement les scènes déjà aperçues du côté des précédents NBA 2K.

2 commentaires à FIFA 18, NBA 2K18 : Les jeux de sport soignent leurs modes scénarisés

  • SelinaBig  says:

    Hello. I have checked your lesgagnants.fr and i see you’ve got some duplicate content so probably it
    is the reason that you don’t rank hi in google.
    But you can fix this issue fast. There is a tool that rewrites articles
    like human, just search in google: miftolo’s tools

  • BrendanBig  says:

    Hello. I have checked your lesgagnants.fr and i
    see you’ve got some duplicate content so probably it is the reason that you don’t
    rank high in google. But you can fix this issue fast.

    There is a tool that creates content like human, just search in google: miftolo’s tools

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>