Quand les J-RPG s’essayent à la gestion


Souvent montrés du doigt pour leur déroulement très classique, les jeux de rôle à la japonaise ont pourtant développé, au fil du temps, des approches permettant de casser leur linéarité. Si les clichés sont tenaces et qu’il est difficile de s’extirper des idées préconçues et autres ficelles inhérentes au genre, il existe néanmoins des séries qui tentent de briser le sempiternel schéma village – exploration – donjon. De Dark Cloud à Bravely Default en passant par Fire Emblem Fates, nous allons retracer quelques titres qui ont cassé les codes du J-RPG en distillant quelques pincées de gestion. Retour sur une feature qui, comme vous allez le voir, ne date pas d’hier.
Les développeurs le savent : les joueurs sont exigeants et aspirent à des expériences enrichissantes. Longtemps cantonnés à une progression linéaire, les jeux de rôle ont peu à peu évolué vers une multiplication des gameplay. Ainsi, aux combats et à l’exploration se sont mêlées des phases de gestion et de construction à la SimCity (toutes proportions gardées bien entendu). Dans les années 90, Capcom fut parmi les premiers développeurs à tenter cette approche avec sa série des Breath of Fire. Sorti en 1994, le second volet de la licence propose une nouvelle fonctionnalité consistant à bâtir une cité en recrutant des personnages spéciaux rencontrés tout au long du jeu. À partir d’une maison délabrée, le joueur donne ainsi naissance à une vaste communauté qui a des influences sur sa progression. Les individus, invités à peupler la cité, disposent de leur propre métier et érigent des boutiques permettant de booster les compétences de l’avatar et de ses acolytes. Équipement, sorts magiques, soins… tout y passe ! Il est aussi possible de définir le type de construction en fonction du charpentier (parmi les trois disponibles) sélectionné. À cela viennent s’ajouter des shamans pouvant fusionner avec les membres du groupe pour améliorer leurs compétences et les doter de capacités supplémentaires. Par ce gameplay hybride, Capcom ouvre la voie à plus de variété dans le domaine du J-RPG et ce n’est pas un hasard si la formule sera reprise pour le village des féés dans Breath of Fire III et IV. Lors de la génération suivante, quelques jeux (souvent des exclusivités nippones) reprendront le concept sur Saturn et PlayStation. Cette dernière profitera d’ailleurs d’un certain Azure Dreams.

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>